Aller au menu Aller au contenu
Relever les défis de demain
L'école d'ingénieurs pour l'énergie, l'eau et l'environnement
Relever les défis de demain

> L'école

Voyage d’études pour la filière HOE dans le sud de la France

Publié le 24 avril 2018
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

Du 26 au 30 mars 2018, les étudiants en deuxième année de la filière Hydraulique Ouvrages et Environnement (HOE) et trois de leurs professeurs sont partis dans le sud de la France, d’Aix à Montpellier, afin de visiter différents aménagements hydrauliques, objets au cœur de leur formation.

image006.png

image006.png

La viste de sites est une expérience toujours enrichissante lors du cursus de formation des ingénieurs,  permettant cette fois aux étudiants de la filière HOE  de découvrir en détails différents ouvrages hydrauliques, y compris les volets institutionnels, financiers, de conception et d’exploitation. C'est aussi l'occasion de s'initier à différents aspects et métiers relatifs à ces ouvrages. Ils tiennent donc à remercier les professionnels passionnés qui les ont accueillis pendant ces quelques jours, qui leur ont transmis leur savoir et leur culture des aménagements hydrauliques.
 

Le Pôle laboratoires de la Société du Canal de Provence (SCP)

Le groupe a eu l’occasion de visiter le Pôle Laboratoires de la société, basé à Aix-en-Provence. Composé de trois laboratoires : Le laboratoire d’Analyse des Eaux, celui des Mesures Hydrauliques et celui consacré à la Géotechnique et aux Bétons qui effectue des essais sur le sol, les roches et les bétons. 
 

Les travaux de rénovation du barrage de Bimont

Ce dernier fut construit en 1952 et appartient à la SCP depuis 1957. Le barrage constitue une réserve de sécurité pour l’alimentation en eau de plusieurs communes de la région aixoise et l’irrigation de 8 000 hectares. Il est principalement alimenté par une galerie souterraine amenant l’eau du Verdon par le canal de Provence. Depuis 2016, le barrage est en travaux qui s’étendront jusqu’en 2019 et permettront également de rénover l'ouvrage et d’améliorer l'accès au site, par ailleurs visité par plus de 200 000 personnes chaque année. 

 


La source du Lez et ses nombreux aménagements : la station de pompage souterraine, l’usine de traitement de l’eau…

Cette station, creusée à 40 mètres sous le niveau du sol, permet de prélever directement l’eau du Lez à la source. Profonde de 10 mètres et large de 30 mètres, la source naturelle du Lez donne une eau de qualité qui, depuis le XVIIIe siècle, alimente Montpellier. 
Le groupe est ensuite parti visiter la station de clarification de l’eau François Arago où il a été reçu par le responsable du site qui a pris le temps de détailler tout le fonctionnement d’une telle installation.
Les étudiants et leurs professeurs ont également eu la chance de visiter le lieu où s’effectue la stérilisation de l’eau, dernière étape du processus de potabilisation. 
 

Le répartiteur de crue situé aux abords de la ville de Lattes

Ensuite le groupe s’est dirigé vers le partiteur de débit situé aux abords de la ville de Lattes, en aval de Montpellier. Ce partiteur est en fait un déversoir latéral. Il permet de dévier une partie du débit vers un champ d’expansion puis un canal, qui se jettera ensuite dans la mer. Malgré quelques controverses, notamment pour son aspect esthétique, il évite aux habitants de la ville de Lattes de se retrouver les pieds dans l’eau en période de crue.
Enfin, une marche sur les digues du Lez dans la ville de Lattes, permettant de mieux comprendre les aménagements, a clôturé la journée.
 


La station Maera qui permet l’épuration des eaux usées de la ville de Montpellier

Les étudiants ont visité la station d’épuration MAERA. Inaugurée en 2006, elle traite les eaux usées de 470 000 équivalents/habitants, provenant de 19 communes différentes. Elle traite aussi bien les eaux domestiques, les eaux industrielles ou encore les eaux pluviales. Le traitement est différent selon le type d’eau considéré. Après le traitement, efficace à plus de 90%, les eaux sont rejetées en mer, à 11 kilomètres des côtes grâce à un émissaire. Cette émissaire, long de plus de 20 kilomètres, de 1,6 mètre de diamètre, est une véritable prouesse technologique puisque c’est le plus long présent en méditerranée. 
L’après-midi a été consacré à la visite de l’Étang de Thau. Autour de celui-ci, un éco-site dédié aux visites et à la protection de l’étang et son littoral a été construit ainsi que des bureaux d’études qui se sont développés afin d’étudier l’ingénierie écologique.


Le canal d’irrigation de la ville de Gignac et ses différents aménagements

Le jeudi 29 mars 2018 les étudiants ont visité le canal de Gignac dans la région de Montpellier. Ce canal administré par une ASA locale fait 200 km de linéaire pour assurer l’irrigation saisonnière de la région de Montpellier (une dizaine de communes) en aménageant la rivière de l’Hérault.
Cette visite a débuté par la prise d'eau située dans la vallée de l'Hérault, à 8kms en amont du pont du Diable. Ensuite, les élèves sont partis voir le partiteur de débit. Situé non loin du pont du Diable, comme son nom l’indique, le rôle du partiteur est de répartir l’alimentation en rive gauche et rive droite grâce à des vannes régulatrices. 

 

La récente station de pompage, Aqua Domitia, située à la fin du canal Philippe Lamour

La station Aqua Domitia, mise en service en mars 2017, a pour objectif de mettre l'eau à une pression de 10 bars pour l'alimentation sud de Montpellier desservant les nouveaux exploitants depuis le Rhône. De plus, comme une part de l’eau sert également à la consommation, la station l’enrichit en oxygène pour éviter des traitements plus lourds à la sortie des conduites. 
Après cette visite, les étudiants se sont rendus au siège de BRL basée à Nîmes. Un bureau d’études est spécialisé dans les domaines l’eau, de l’environnement et des aménagements du territoire. 
 

 


A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

Rédigé par Maxime Tran-To

mise à jour le 3 mai 2018

Ense3

Grenoble INP - Ense³  est le fruit de la fusion des deux écoles ENSHMG (Mécanique et Hydraulique) et ENSIEG (Energie et Traitement de l'information)
Grenoble INP Institut d'ingénierie Univ. Grenoble Alpes