Aller au menu Aller au contenu
Relever les défis de demain
L'école d'ingénieurs pour l'énergie, l'eau et l'environnement
Relever les défis de demain

> L'école

Voyage d’étude pour la filière Hydraulique Ouvrages et Environnement (HOE)

Publié le 6 mai 2015
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

Du 29 mars 2015 au 3 avril, les 50 étudiants de la filière HOE et leurs 4 professeurs accompagnants sont partis à Charleville-Mezières puis dans la région de Metz et de Nancy, afin de visiter différents ouvrages hydrauliques, se plongeant ainsi au cœur de l’objet de leur formation.

image003.png

image003.png

Lors de cette semaine riche en visites, plusieurs aménagements ont pu être découverts:

- les aménagements autour de la ville de Charleville-Mézières pour la gestion des crues (Etablissement Public de l’Aménagement de la Meuse et de ses Affluents : EPAMA)
- différents barrages plus ou moins modernisés dans la région de Charleville (Voies Navigables de France : VNF/Baméo)
- la station de transfert d’énergie par pompage (STEP) de Revin pour la production d’hydroélectricité (Electricité de France : EDF)
- l’usine hydroélectrique d’Argancy (Usine d’Electricité de Metz : UEM)
- un bassin de stockage des égouts de Nancy (Communauté Urbaine du Grand Nancy : CUGN)
- la station d’épuration de Maxeville (Véolia)
- des aménagements de rétention en cas de crue dans la ville de Nancy (CUGN)
- le barrage de Pont-et-Massène en reconstruction(VNF)


La visite de la ville de Charleville-Mézières a été très intéressante car elle est traversée par la Meuse dont plusieurs crues ont endommagé la ville (notamment en 1995, débit de 1000 m3/s), les ingénieurs hydrauliciens ont donc été amenés à se pencher sur la gestion des crues.

La délégation a été accueillie par deux ingénieurs de l’EPAMA, dont un ancien élève de l’Ense3, qui nous ont présentés deux aménagements visant à réduire les inondations en cas de débordement du cours d’eau. Plus de 6 millions d’euros ont été investis pour couper les méandres naturels de la Meuse, et utiliser le canal comme exutoire de crue. Le groupe a ensuite visité le barrage clapet de Montcy-Notre-Dame en bordure de la ville, capable de s’effacer complètement pour évacuer le débit en cas de grosse crue.

Puis une conférence a été donnée par des personnels de BAMEO et de VNF sur la reconstruction des barrages à aiguilles (gestion manuelle) de l’Aisne et de la Meuse, construits pour la plupart au 19ème siècle. Ce type de barrage est conçu pour réguler le niveau d’eau amont lorsque le débit est trop faible ou élevé en ajoutant ou enlevant des aiguilles le long du barrage. La visite de celui de Romery a pu nous confronter à la difficulté du métier de barragiste, à la fois éprouvant et dangereux, mais cependant indispensable à la gestion des crues.

[legende-image]1383921704546[/legende-image]
Mise en place d’une aiguille sur le barrage de Romery

 Station de Transfert d’Energie par Pompage

La journée suivante, les étudiants ont été accueillis à la STEP (Station de Transfert d’Energie par Pompage) de Revin par EDF, qui détient la 3ème plus grosse retenue pour puissance installée (800MW). Le principe de cette station est d’utiliser 4 groupes réversibles avec turbines et pompes entre un bassin supérieur et un bassin inférieur, et de pouvoir ainsi utiliser les turbines en heure de pointe pour produire de l’énergie (écoulement de l’amont vers l’aval), et d’utiliser les pompes le reste du temps (écoulement de l’aval vers l’amont).

L’intérêt principal réside dans la différence de tarification de l’énergie entre heures creuses et heures de pointes et dans la flexibilité de démarrage de la STEP (mise en marche très rapide quand il y a besoin de plus d’énergie sur le réseau). Nous avons eu la chance de visiter le cœur des galeries où résident tous les organes nécessaires à la production d’électricité.

Le groupe a été reçu le lendemain dans les locaux de l’université de Lorraine par le laboratoire LOTERR (Centre de recherche en géographie) et VNF et assister à une présentation sur la caractérisation et la prévision des étiages, ainsi que sur la navigation intérieure en France.

Direction ensuite Metz (UEM) avec une visite de l’usine hydroélectrique d’Argancy, où 3 turbines peuvent produire jusqu’à 1500W chacune. Le barrage associé à cette usine est géré par VNF et a pour particularité d’avoir des cylindriques pour vannes.

[legende-image]1383921704547[/legende-image] 
Barrage à cylindres de l’usine hydroélectrique d’Argancy

 Environnement : Visite d’une station d’épuration

 Le jeudi, c’est à dans les alentours de Nancy que les futurs ingénieurs ont visité le matin la station d’épuration de Maxeville. Celle-ci reçoit les effluents de toute l’agglomération du Grand Nancy (24 communes) mais aussi des effluents industriels (par exemple, brasserie de Champigneulles). Cette station gérée par Véolia traite en continuité 40 000m3/jour d’effluents domestiques et 3 500m3/jour d’effluents industriels, par la combinaison de technologies traditionnelles (dégraisseur-dessableur) et plus modernes (biofiltre, déphosphatation physico-chimique). La  totalité la station a pu être visitée, du pré-traitement,  jusqu’à la clarification de l’eau finale, rejetée ensuite dans la Meurthe.

 [legende-image]1383921704549[/legende-image]
Intérieur du bâtiment de pré-traitement et ses multiples bassins

 

L’agglomération du Grand Nancy et ses enjeux liés à l’eau et à sa gestion ont été présentés. Une visite de certains bassins a pu être organisée ainsi que des fossés de rétention en cas de crues pour mieux comprendre leur fonctionnement, leurs limites et leur intégration au milieu urbain.

Pour terminer ce voyage, nous avons profité d’une escale à Pont-et-Massène sur le chemin du retour pour rencontrer un ingénieur de la Direction Territoriale Centre-Bourgogne de VNF et ancien élève d’Ense3. Il nous a commenté et fait visiter le chantier de réfection du barrage de Pont-et-Massène. Ces travaux ont pour objectifs l’augmentation de la capacité de l’évacuateur de crue par abaissement de son seuil de 3 mètres et le confortement des fondations permettant une cote d’exploitation revue au plus haut.

Une semaine riche et instructive

Durant cette semaine, les élèves de HOE ont pu découvrir plus en détails différents ouvrages hydrauliques, intégrant les volets institutionnels, financiers, de conception et d’exploitation. financiers, et s’ouvrant ainsi à différents aspects et métiers relatifs à ces ouvrages. Ils tiennent donc à remercier les professionnels passionnés qui les ont accueillis pendant ces quelques jours, qui leur ont transmis leur savoir et leur culture des aménagements hydrauliques.


A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

mise à jour le 6 mai 2015

Ense3

Grenoble INP - Ense³  est le fruit de la fusion des deux écoles ENSHMG (Mécanique et Hydraulique) et ENSIEG (Energie et Traitement de l'information)
Grenoble INP Institut d'ingénierie Univ. Grenoble Alpes